C’est l’histoire d’un petit garçon 
D’un souvenir persistant mais pourtant inexistant
D’un mantra qui n’avait plus de sens : « Je ne veux pas conduire ».
---------
J’ai longtemps souffert d’amaxophobie. Cette peur de conduire m’a handicapé dans mon quotidien et pénalisé professionnellement. J’ai alors dû me surpasser pour obtenir mon permis de conduire.
Ce qui parait évident et facile à des millions de personnes a été un chemin de croix pour moi.
Les douleurs physiques que je ressentais alors n’étaient rien comparées à la peur de mourir à chaque instant. Voilà ce que je ressentais lors de mes leçons de conduite.
En novembre 2011, je pleurais de joie et de soulagement à l’annonce de l’obtention de ce papier rose. Mais la peur était toujours présente… Chaque fois que je prenais le volant, inexorablement, je montais dans un cercueil.
Comme je suis photographe, j’ai alors entamé une démarche artistique pour exprimer cette phobie. Je l’avais commencée en photographiant une voiture qui se noie dans un verre bouillonnant d’eau pour ensuite commencer une série plus intimiste.
Mais d’où me venait cette phobie ? J’avais un souvenir flou de mes 10 ans où je me répétais : « Je ne veux pas conduire ! ».
Après de longues hésitations, j’ai décidé de me faire aider par une psychologue.
Plusieurs séances plus tard, le résultat était là, ma peur de conduire avait disparue.
Bien sûr, il y avait encore quelques hésitations pour me garer, car une de mes peurs incontrôlables était de trouver une place pour me garer... Trouver sa place… La phrase clé vers l’anéantissement de cette phobie, je voulais trouver ma place … dans la vie.
Une fois la pression retombée et de nombreuses heures passées sans encombre…
Un après-midi chez moi, des flashs se mirent à m’assaillir, (pour un photographe c’est un comble !) sueur froide, vision du passé.
J’étais avec mon père dans sa voiture, la pluie avait été très forte et une rivière était sortie de son lit coupant la route devant nous.
Mon père décida de traverser la portion de route inondée.
Je me souviens de l’entrée de la voiture dans l’eau, de cette vision de la rivière couleur sable qui bordait la fenêtre prête à avaler la voiture…je me souviens de mon père qui a peur… et qui, une fois hors de danger me dit : « Tu ne diras rien à ta mère ».
Ce simple incident avait été effacé de ma mémoire … car mon père me l’avait demandé.
Aujourd’hui, je prends plaisir à conduire, je ne suis pas un as du volant, mais je m’en sors bien !
Et tout s’éclaircit alors, la première photo n’était que l’image de ce que je redoutais le plus : être emporté par l’eau d’une rivière en voiture, d’où mon incapacité à prendre le bac pour traverser la rivière à côté de chez moi.
Cette série photographique représente donc mon ancienne phobie et le décès de mon père en 2018.

Back to Top